Bitcoin et cryptomonnaies – faut-il investir ?

Décembre 2017, le Bitcoin est au cœur de nombreuses discussions partagées entre spécialistes, investisseurs et médias. La cause ? Une valeur avoisinant les 20 000$, multipliée par 20 en l’espace d’un an. Ces chiffres impressionnent mais derrière ce que certains prétendent comme la révolution technologique du 21ème siècle (en lieu et place de la création d’internet dans les années 2000) se cache une toute autre réalité.

Qu’est-ce que le Bitcoin ?

 Le terme fait son apparition pour la première fois en 2008, un certain Satoshi Nakamoto met en ligne un article expliquant le fonctionnement d’un nouveau système d’échange basé sur la technologie « Blockchain ». Sur ce réseau, ce ne sont pas des dollars ou des euros qui s’échangent mais des actifs numériques appelés Bitcoin.

Ces actifs sont générés et transférés via des ordinateurs connectés en réseau, par le biais de calculs algorithmiques complexes. Bien qu’il soit possible de payer en Bitcoin sur certains sites mais aussi auprès de certains commerçants, l’AMF rappelle que l’euro est la seule monnaie ayant un cours légal en France.

Si le Bitcoin représente la cryptomonnaie la plus médiatisée et la plus valorisée, on recense courant 2018 plus de 1 600 actifs de ce type dans le monde : Ether, Ripple, etc…

Investir dans le Bitcoin : prudence !

Il faut garder à l’esprit que le Bitcoin repose sur un marché non régulé. Il s’agit d’un environnement informatique avec ses propres règles, qui peut s’avérer non adapté pour les non-technophiles. De plus, la valeur de cet actif numérique ne repose sur aucun sous-jacent économique réel à l’inverse des obligations que peuvent émettre les acteurs via le financement participatif immobilier. Ainsi le prix peut varier à la hausse comme à la baisse en très peu de temps, n’étant pas une monnaie ayant un cours légal, vous ne disposez pas non plus des garanties offertes par les banques centrales.

Actuellement différentes plateformes permettent d’acheter et de vendre en ligne des Bitcoin contre des dollars ou des euros. En France, ces plateformes doivent recevoir un agrément de prestataire de paiement délivré par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) afin d’exercer cette activité d’intermédiation.

En bref, aux nombreuses histoires séduisantes qui peuvent circuler sur le Bitcoin, restez prudent face aux propositions d’investissement qui pourraient vous être faites.

Si vous souhaitez investir dans l'économie réelle, au sein d'un cadre législatif reconnu, le crowdfunding immobilier avec Homunity est une solution.