Dunkerque

La ville

Dunkerque est la sous-préfecture la plus septentrionale de France, dans le département du Nord, à 65 km au nord-ouest de Lille et à 240 km au nord de Paris. La ville se trouve par ailleurs à moins de 300 km de quatre autres capitales européennes : Amsterdam, Bruxelles, Londres et Luxembourg.

La « cité de Jean Bart », du nom du célèbre corsaire du XVIIème siècle qui sauva la France de la famine, est baignée par la mer du Nord et délimitée par de nombreux canaux et cours d’eau. La construction d’une église afin d’évangéliser le hameau de pêcheurs a donné son nom à la future ville, composé des mots néerlandais duin (« dune ») et kerk (« église »), c’est-à-dire « l’église des dunes ». La ville est plus particulièrement connue pour son très ancien carnaval qui a lieu de janvier à mars, et durant lequel une grande partie des 90 000 habitants défilent en bandes dans les rues de la ville, détruite à plus de 70 % pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruite dans un style plus moderne.

Le revenu médian annuel est de 16 750 € (en 2012, à comparer avec un revenu médian national de 19 800 €) et le taux de chômage est de 19,9 %.

En 2014, c’est le maire divers gauche Patrice Vergriete qui est élu à la tête de la ville.

Où investir à Dunkerque

En baisse quasi-constante depuis la fin des années 2000, le marché immobilier dunkerquois reprend aujourd’hui des couleurs, avec une augmentation des transactions depuis l’an dernier. Les prix vont de 1 200 € à 2 300 € le mètre carré, avec un prix moyen dans l’ancien qui est d’environ 1 500 €, sans différence notable entre maisons et appartements.

Dunkerque est actuellement en pleine mutation, notamment grâce à l’opération Grand Large, qui a pour objectif de relier le centre-ville à la mer, avec la création d’un millier de logements à la clé.

Ce sont les quartiers de Malo-les-Bains et Rosendaël, valeurs sûres du marché dunkerquois situées en bord de mer, qui tirent les prix vers le haut. Les acquéreurs sont prêts à mettre plus cher afin de s’installer dans les , avec un engouement notable des Lillois et des Belges. Récemment, un trois-pièces de 60 m² avec vue sur mer s’est vendu 95 000 €, soit la fourchette basse de Malo-les-Bains. Le prix au mètre carré peut toutefois facilement grimper à plus de 2 000 € pour une des belles villas malouines sur le bord de mer, construites à la fin du XIXème siècle et dont beaucoup ont été détruites lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les quartiers neufs sont généralement plus chers, car construits dans le respect du développement durable, les tarifs étant équivalents à ceux du quartier de Rosendaël.

Alors que les prix dans le centre-ville ont un peu monté récemment, ceux dans les quartiers autour de la gare et de la préfecture restent plus raisonnables, bien qu’il faille souvent procéder à une rénovation du bien acquis.

Les budgets les plus modestes peuvent chercher du côté des quartiers populaires de Grande-Sainte ou de Saint-Paul, où les prix tournent autour de 1 250 € le mètre carré.