Focus sur les nouveaux phénomènes crypto, ripple, bitcoin et ICO

C’est un fait, le cryptomonnaies connaissent un véritable succès. Cette réussite repose sur deux piliers, à savoir la blockchain et les bénéfices qu’il est possible d’en tirer. Mais quels sont les différents types de cryptomonnaie, comment fonctionne la blockchain ? Quels en sont les profits réels et les effets sur l’économie réelle ? On vous explique tout dans cet article.

En quoi consiste la blockchain ?

L’intégralité du phénomène crypto repose sur la blockchain. Il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission de données, dépourvue d’organe central de contrôle qu’il s’agisse d’un Etat, d’une banque ou d’une entreprise.

Concrètement, il s’agit d’une base de données contenant l’ensemble des échanges réalisés par les utilisateurs depuis qu’elle a vu le jour. Complètement sécurisée et partagée par les utilisateurs sans le moindre intermédiaire, chacun est libre et en capacité d’en vérifier la validité. En d’autres termes, la blockchain s’apparente à un grand livre comptable anonyme, qu’il n’est pas possible de falsifier ou de détruire. Toutes les cryptomonnaies fonctionnent avec cette technologie.

Bitcoin, Ripple, ICO : quelles sont les déclinaisons de la « crypto » monnaie ?

Le crypto est un véritable phénomène : les cryptomonnaies se comptent en milliers. En tête de file, il y a bien sûr le Bitcoin, mais il existe également d’autres monnaies ayant un poids véritable dans le secteur. En voici une liste :

  • Monnaie star du phénomène crypto, le Bitcoin est la plus connue. Sa création remonte à 2008, ce qui signifie qu’elle signe cette année ses 10 ans d’existence. Son créateur est un certain Satoshi Nakamoto, mais il s’agit d’un pseudonyme dissimulant l’identité de son créateur, ou de son groupe de créateurs. En novembre 2017, cette monnaie a dépassé les 10 000 dollars, d’où l’intérêt qui lui est porté par le grand public.
  • Depuis le milieu du mois de décembre 2017, Ripple est une autre cryptomonnaie ayant connu une croissance importante. Elle bénéficie du soutien de banques telles qu’UniCredit, Santander ou encore UBS, ces dernières utilisant déjà sa blockchain afin de transférer des fonds sans payer le moindre frais. Elle s’éloigne en ce sens de l’esprit du Bitcoin, qui se veut sans contrôle des banques ou du monde des affaires.
  • Ethereum est une entreprise ayant créé sa propre cryptomonnaie, l’Ether. Cette société a vu le jour en 2013, et la monnaie elle-même a été lancée en juillet 2015. Certains spécialistes estiment que sa blockchain pourrait à terme remplacer des tiers de confiance tels que des avocats ou des notaires lors des transactions.
  • L’ICO, ou « initial coin offering », mélange subtilement cryptomonnaie et crowdfunding. Concrètement, il s’agit d’une levée de fonds en cryptomonnaies. En seulement quelques heures, il est ainsi possible de collecter des millions. 2017 a ainsi vu plus de 4 milliards de dollars levés par ICO à travers le monde.

Bien d’autres monnaies existent à travers le monde, telles que le Litecoin, l’IOTA, NEO ou encore Monero pour ne citer qu’elles.

Quel est l’impact de ces monnaies sur l’économie réelle ?

Le phénomène crypto est très intéressant, puisqu’il témoigne d’une volonté, de la part d’une partie de la population, de s’affranchir des mécaniques de financement traditionnels. Il se rapproche en cela du crowdfunding, qui représente un mode de financement alternatif permettant de s’affranchir au moins en partie des banques. Artistes, start-ups et PME réalisent régulièrement des levées de fonds collectives pour financer leurs projets.

Le secteur du logement a lui aussi été touché, avec le crowdfunding immobilier, qui consiste à financer des projets de construction immobilière à l’aide d’investisseurs privés, qu’il s’agisse de petits épargnants ou de gros portefeuilles souhaitant diversifier leurs placements. Le fruit des ventes ou les loyers tirés des logement construits sont ensuite répartis entre les contributeurs à hauteur de leur participation.

Ces technologies valent donc la peine d’être étudiées, dans la mesure où elles offriraient des possibilités nouvelles et des opportunités de profits. Néanmoins, il n’est pas prévu d’utiliser les monnaies « crypto » dans l’économie réelle, en particulier dans le cas du crowdfunding immobilier. Reste désormais à voir dans quelle mesure ces monnaies vont pouvoir prendre de l’ampleur et permettre à l’économie réelle de s’ouvrir à de nouvelles possibilités !