Une hausse des taux des crédits immobiliers ?

 

C’est l’actualité de cette dernière semaine et la question que bon nombre de journalistes se posent : les taux des crédits immobiliers vont-ils remonter ? Depuis fin 2013, il est en effet possible d’emprunter à des taux historiquement bas. Concrètement, un français pouvait jusqu’à aujourd’hui emprunter à un taux moyen de 1,97% sur 15 ans ou 2,26% sur 20 ans.

Pourquoi les taux des crédits immobiliers sont-ils historiquement bas ?

Les crédits immobiliers sont indexés sur le taux d’emprunt de l’Etat sur 10 ans. Ce qui est appelé dans le langage financier : l’OAT 10 ans (Obligation Assimilable du Trésor 10 ans). Ce taux est en ce moment historiquement bas grâce à la crise économique mais également aux rachats massifs d’actifs par la Banque Centrale Européenne. En avril, le taux des crédits immobiliers a atteint un record : 0,4%, c’est-à-dire que les investisseurs qui ont prêté de l’argent à l’Etat sur 10 ans, ont obtenu une rémunération de 0,4%.

Pourquoi ces taux pourraient-ils remonter ?

Depuis  le mois d'avril, on commence à apercevoir un début d’embellie avec plusieurs facteurs qui passent au vert, comme par exemple la reprise (partielle) de l’immobilier ou la croissance, qui a été plus forte qu’attendue. Et depuis, ces fameux OAT 10 ans sont remontés à près de 1%. Néanmoins, les banques vont très probablement impacter les taux immobiliers de cette légère hausse et signeraient alors la fin de la baisse des taux. Mais qui dit fin de la baisse ne signifie pas forcément boom. En effet, une première banque vient de remonter de 0,3% les taux des crédits immobiliers et d’autres seraient prêtes à également franchir le pas.

Un retour aux conditions de janvier

Les hausses estimées par les spécialistes oscillent entre 0,1 et 0,3% par rapport aux conditions actuelles. Ce qui correspondrait à un retour aux conditions proposées en janvier, et qui déjà était à l’époque, souvenez-vous, des taux de crédits immobiliers historiquement bas.

En bref…

Pas de boom des taux de crédits immobiliers à l’horizon mais probablement une légère hausse qui ne devrait pas impacter trop fortement les intérêts que vous devrez payer. En revanche, pour négocier votre crédit auprès d'une banque, vous aurez probablement plus de mal et les nouvelles conditions que vous obtiendrez seront assurément moins bonnes qu’au mois d’avril ou début mai. Les taux immobiliers restent historiquement bas et permettent encore de réaliser de bonnes opérations immobilières malgré tout .