Prêt à Taux Zéro

 

Comme son nom l’indique, ce prêt est à un taux de zéro pour cent. C’est-à-dire que la banque vous prête de l’argent sans intérêts, vous n’allez ainsi devoir rembourser que le capital emprunté.

Il a été créé pour inciter les primo accédants à acheter leur résidence principale. Il s’agit ainsi d’une avance remboursable sans intérêts, accordé aux personnes physiques qui achètent leur résidence principale. Ce Prêt à Taux Zéro (PTZ) est également valable pour la construction d'un logement, accompagnée le cas échéant de l'acquisition des droits de construire ou du terrain destiné à la construction. Ce PZT est également valable pour l'aménagement d’un bien à usage de logement de locaux, non destinés à l'habitation, cette opération étant assimilée à la construction d'un logement.

Le Prêt à Taux Zéro peut aussi financer un logement ancien s’il s’agit d’un bien social, possédé par un organisme HLM et que celui-ci soit vendu à son occupant.

Le Prêt à Taux Zéro est ainsi une avance remboursable sans intérêts, destinée aux personnes physiques qui achètent leur résidence principale sur une période de 20 à 25 ans. Il ne représente pas l’intégralité du prêt vous permettant d’acquérir votre bien mais vient en complément du prêt que vous avez contracté pour acquérir votre maison. Le PTZ ne doit pas être confondu avec l'éco-prêt à taux zéro qui lui est destiné à financer les travaux. 

Les conditions permettant d’en bénéficier sont diverses. Tout d’abord cela dépend des ressources du ménage, ce qui conditionne également la durée de celui-ci, il ne faut donc pas dépasser un certain revenu. Il faut également que l’achat concerné soit le premier et que ce soit la résidence principale du contractant. Une dérogation existe sur ce point. Le dispositif est en effet accessible aux personnes n’ayant pas été propriétaire durant les deux dernières années, ainsi que pour l’achat d’un appartement dans l’ancien s’il faut effectuer un certain montant de travaux.

Dans tous les cas, sont exclus les logements achetés en viager ou en démembrement de propriété. Toutefois, les achats d'usufruit ou de nue-propriété sont autorisés sous réserve d'être destinés à l'acquisition totale du logement.

En 2016, les plafonds de ressources applicables se sont vus augmenter, ce qui les rends plus accessibles.