Bilan du crowdfunding immobilier fin 2015

Quel est le bilan du crowdfunding immobilier fin 2015 ?

Dans l’esprit des investisseurs, l’immobilier a toujours revêtu un caractère rassurant et un bon investissement pour l'avenir. Motivés par la bonne santé du marché français, les épargnants semblent étendre cette bienveillance à l’égard de l’immobilier à l’univers du crowdfunding, qui devient même un relais de croissance important pour le secteur.

Si bien que l’activité est aujourd’hui en plein boom. Ce qui pouvait apparaître comme une niche sur le marché du crowdfunding, est l’activité qui est en train de tirer tout le secteur. Représentant 5 millions d’euros en 2014, le crowdfunding immobilier atteint 35 millions d’euros un an plus tard (+600% en un an). En 2016 l’activité devrait encore croître de façon exponentielle. Voici donc un bilan du crowdfunding immobilier.

Une forte dynamique

Paradoxalement, les plateformes généralistes tirent aujourd’hui plus de revenus sur l’immobilier que sur leur métier d’origine. Il semblerait donc que la tendance de croissance, dans le crowdfunding immobilier en France, soit nettement supérieure à la tendance moyenne du financement participatif dans son ensemble.

Phénomène particulièrement intéressant quand on sait qu’à terme le marché du financement participatif, pris dans son ensemble, pourrait peser 2,2 milliards d’euros, soit 1% de l’épargne des Français contre 300 millions aujourd’hui.

Cette tendance n’est pas uniquement l’apanage de la France. Au niveau mondial, le marché du crowdfunding immobilier se porte également très bien avec un résultat de 2,6 milliards de dollars pour 2015 soit +150% par rapport à 2014. Le bilan du crowdfunding immobilier semble plutôt bon.

Un rendement supérieur à la moyenne

En France, en 2015, environ 120 projets ont été financés pour un rendement moyen net avant impôt de 7,5%, bien plus que le Livret A (0,75%) ou l'assurance-vie (2,25%).

Un cadre réglementaire équilibré

On constate très clairement une corrélation entre accès au financement et croissance économique.

Aussi les pouvoirs publics ont-ils tout intérêt à encourager le crowdfunding et définir un cadre réglementaire à la fois rassurant pour l’investisseur et favorable au développement économique du secteur. A titre d’exemple, en 2015, le crowdfunding immobilier a permis la construction de 2 500 logements, entraînant la préservation ou création d’environ 5 000 emplois.

Les prochains défis

Compte tenu des tendances actuelles, le secteur devra faire face à un afflux accru de capitaux qui nécessitera d’accroitre la capacité des plateformes à présenter plus de projets tout en gardant le même niveau de sélectivité. Pour l’heure, le défi n°1 reste donc d’honorer les rendements promis afin de sécuriser un flux d’investisseurs et la confiance qu'ils ont dans les différentes plateformes.