Investir à la mer ou bien à la montagne durant la période saisonnière et en profiter hors saison fait rêver bon nombre de Français. Mais la location saisonnière est-il un investissement locatif intéressant ? Petit tour d’horizon.

La location saison, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une location meublée basée sur un contrat d’une durée déterminée. A noter qu'avec ce type de location cela ne peut être en aucun cas la résidence principale du locataire.

Le loyer est généralement calculé au prorata de la durée du séjour. La plupart du temps, un acompte est exigé à la réservation et le solde est à régler dès l’arrivée dans la location. Cela évite tout problème de loyers impayés.

Ce type de location permet aux propriétaires d’une résidence secondaire de percevoir des revenus locatifs. Quant aux investisseurs, cela leur permet non seulement de compenser partiellement voire intégralement les mensualités du prêt et également les charges mais aussi de réaliser des bénéfices.

De faibles risques d’impayés

Lorsqu’un propriétaire loue son bien immobilier de manière traditionnelle, la peur d’un loyer impayé est omniprésente. Le locataire peut bien avoir le profil idéal, s’il se décide du jour au lendemain de ne plus vous payer son loyer, cela ouvre la porte à une longue et coûteuse procédure.

Pour la location saisonnière, le risque d’impayé est très faible. En effet, ce dernier doit verser le montant correspondant avant son arrivée dans l’appartement. Il en est de même sur les sites dédiés à ce type de location, ils demandent généralement un acompte avant l’entrée dans les lieux et à l’arrivée, le propriétaire perçoit le reste de la somme due.

Une fiscalité intéressante

La location de logements meublés est taxée dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.

Que vous louiez votre bien seulement quelques jours ou bien plusieurs mois dans l’année, tous les revenus que vous percevez doivent être déclarés lors de votre déclaration d’impôts afin de bénéficier d’avantages fiscaux. 

Il en existe plusieurs :

  • Si vous louez une chambre d’hôte, vous relevez du régime réel si vos recettes annuelles dépassent 176.200 €.
  • Si vous louez une location saisonnière dite classique, vous bénéficiez du régime forfaitaire si vos recettes ne dépassent pas 72.600 € par an.

Louer en saisonnier entraîne également l’assujettissement à la CSG et autres prélèvements sociaux au taux de 17,2 %.

Chambres d'hôtes

La location de chambres d'hôtes à des personnes de passage est exonérée à hauteur de 760 euros par an.

En principe, en deçà d'un certain plafond de recettes locatives par an, le propriétaire est soumis au régime des "micro-entreprises" et n'a aucune formalité particulière à accomplir. ’imposition location saisonnière est identique à l’imposition en matière de location meublée de longue durée, à savoir qu’elle entre dans la catégorie dite des « bénéfices industriels et commerciaux » (BIC), et non dans celle des revenus fonciers.

Pour une location saisonnière classique (hors meublé de tourisme classé), le régime forfaitaire s’applique si les recettes cumulées ne dépassent pas la somme de 32 900 euros annuels.

Une rentabilité variable voire incertaine

Le calcul de la rentabilité d’une location de vacances s’avère bien plus complexe qu’une location à l’année. En effet, plusieurs critères entrent en jeu et il est important de bien tout prendre en compte pour s’éviter une mauvaise surprise.

Donc pour éviter d’avoir un goût amer après plusieurs mois de locations saisonnière et de la gestion locative, il va falloir faire les bons calculs pour obtenir sa rentabilité nette. Dans un premier temps, il faut lister l’ensemble de ce qu’elle coûte annuellement (travaux, achat du mobilier et de l’équipement ménager…) et comparer le résultat avec le montant annuel net des loyers perçus. A noter qu’il doit intégralement compenser les dépenses engagées, voire permettre de réaliser un bénéfice.

Améliorer la rentabilité de sa location saisonnière

Il existe différents moyens pour le propriétaire-bailleur d'optimiser la rentabilité de sa résidence. Tout d’abord, bien choisir la situation de votre location meublée. Plus elle se situera dans des lieux attractifs grâce à leur activité estivale, plus le taux de remplissage sera important. Par exemple, une villa au bord de la plage, un châlet à la montagne... 

Ensuite, mettez votre annonce de location sur les différentes plateformes telles que booking, TripAdvisor etc. Cela vous permettra d’avoir une meilleure visibilité et ainsi accroître le nombre de réservations. Toutefois, il est primordial d’avoir des photos de qualité et un descriptif détaillé qui fera toute la différence. Pensez à bien mettre en avant les atouts de votre logement pour attirer un maximum de particuliers : terrasse, piscine, vue mer... Ces éléments feront la différence avec les autres offres de location. Mais si vous ne souhaitez pas gérer la mise en location de votre logement de vacances, vous pouvez faire appel à des agences immobilières qui s'en chargeront pour vous. 

Enfin, au-delà de l’aspect descriptif il est essentiel de ne pas négliger le logement. On vous conseille de mettre tout l’équipement ménager nécessaire au confort de vos locataires. Ce sont des « petits plus » qui risquent d’impacter fortement votre taux de remplissage et par conséquent votre rentabilité !