Le crowdfunding immobilier, une stratégie de diversification de plus en plus sollicitée

L’adage « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier » est plutôt explicite. Il s’applique très bien à l’univers de la finance et des investissements. Qu’ils soient monétaires, boursiers ou autres, les placements financiers représentent des risques. Ces derniers sont plus ou moins importants et maîtrisables mais sont toutefois à prendre en considération. Ainsi l’investisseur avisé optera pour une diversification dans la gestion de son patrimoine et de ses investissements ce qui lui permettra de lisser les risques. Les possibilités de produits financiers en termes de diversification ne manquant pas, l’investisseur peut se tourner vers le secteur qu’il maîtrise le plus, ou celui qui sera le plus rentable…

L’intérêt de la « pierre-papier »

Généralement, les premiers produits sollicités pour l’épargne des français sont les livrets bancaires ainsi que la très populaire assurance-vie. Ces solutions traditionnelles sont les moins risquées certes mais les taux d’intérêts sont également très faibles (0,75% pour le livret A et en moyenne 3% pour l’assurance-vie). Dans leurs stratégies de diversification, les investisseurs vont donc souvent chercher des rendements plus élevés, quitte à prendre plus de risques. L’immobilier est sans aucun doute le secteur préféré en France en termes d’investissements. L’investissement locatif est donc souvent envisagé. Cependant, y sont souvent associés des inconvénients de gestion ou encore de fiscalité.

Les produits dans la « pierre-papier » se sont donc développés en parallèle afin de réduire ces désagréments et soulager l’investisseur du côté purement gestion et intendance. C’est notamment ce qui a fait le succès des SCPI (avec des taux similaires à l’investissement locatif traditionnel). C’est également une des raisons de l’engouement pour le crowdfunding immobilier. Solution totalement désintermédiée, il a l’avantage de proposer des taux plus élevés et les intérêts sont perçus sous forme de revenus mobiliers (non immobiliers comme c’est le cas pour les SCPI).

Des taux de rendement attractifs sur du court terme

Lorsque l’on investit dans l’immobilier dans l’objectif de se constituer un patrimoine, l’horizon d’investissement est généralement sur du long terme, même chose pour l’investissement locatif dans le neuf ou l’ancien. Les solutions de « pierre-papier » ont permis d’envisager des durées plus courtes. Ainsi pour les SCPI, la durée de détention conseillée peut varier entre 8 et 15 ans. Même en prenant la fourchette basse, la durée d’illiquidité n’est pas négligeable et ne convient pas à tous les profils d’investisseurs.  En effet, elle offre moins de souplesse en cas d’imprévus de la vie. Avec des durées allant de 12 à 24 mois, l’investissement participatif dans les projets de promotion immobilière fournit l’avantage de la courte voire très courte durée. L’épargne n’est pas mobilisée sur une longue période ce qui laisse à l’investisseur une certaine flexibilité.  

Enfin, les rendements annoncés sont plutôt intéressants puisqu’ils tournent en général entre 8 et 12%. Le taux moyen étant aux alentours de 9,5% depuis un an sur l’ensemble des plateformes, nous sommes sur des rendements qui représentent quasiment le double de ceux proposés par une SCPI. De plus, ces taux sont fixés contractuellement en amont avec le promoteur. Ainsi, l’investisseur sait dès le début le montant des revenus mobiliers qu’il touchera une fois l’horizon d’investissement atteint. Il ne peut y avoir de fluctuation comme lors d’un investissement boursier, le risque pour l’investisseur étant la faillite du promoteur immobilier, ce qui reste malgré tout un événement rare. On comprend donc pourquoi cette pratique de l’économie participative fait de plus en plus parler d’elle et pourquoi le nombre d’adeptes de ce type de placement ne cesse de croître depuis quelques années.

Le crowdfunding immobilier, une alternative de placement en « bonne santé »

Le crowdfunding n’est donc certainement pas un épiphénomène en ce qui concerne l’épargne financière des Français. Comme l’avait annoncé Emmanuel Macron, alors Ministre de l’Economie lors de la 3e Assises de la finance participative, « nous ne sommes qu’au tout début, la révolution ne fait que commencer ». En effet, depuis ses débuts (2008 en France), l’investissement participatif dans l’immobilier ne fait que croitre de manière exponentielle. Les chiffres du premier semestre 2017 témoignent encore de la bonne santé de cette pratique qui ne semble pas encore avoir atteint son rythme de croisière.

Si l’on devait retenir quelques données pour la période janvier à juillet 2017 :

  • 56,5 millions d’euros collectés, soit une augmentation de 50% par rapport à la même période sur 2016 ;
  • 15,2 millions d’euros remboursés aux investisseurs des différentes plateformes pour ce premier semestre contre 6 millions pour la même période en 2016 ;
  • Les régions principales pour les projets à l’investissements sont l’Île-de-France, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, l’Occitanie et l’Auvergne-Rhône-Alpes ;
  • Pour le moment, la majorité des projets financés sont d’ordre résidentiels mais le tertiaire et l’hôtellerie commence à se développer ;
  • Les taux de rendement et les durées d’investissement restent stables. En juillet, le taux moyen enregistré est de 9,5% pour 20 mois ;
  • Le nombre d’investisseurs enregistrés sur les plateformes a quasiment doublé.

 

Le développement de l’économie participative n’a pas bousculé les habitudes et les préférences des Français. L’immobilier reste toujours la pierre angulaire de leur patrimoine et tient toujours une place prépondérante en termes d’investissement. L’immobilier est encore un secteur très porteur sur le sol français. L’investissement participatif a su séduire les investisseurs à travers des taux de rendements attractifs certes mais également à travers la dimension de participation à l’économie réelle. Enfin, d’une façon beaucoup plus pragmatique, à l’heure où la thématique de la fiscalité refait surface, le crowdfunding immobilier et ses revenus mobiliers pourrait devenir le placement préféré des Français d’ici 2020, devant l’assurance-vie.