Investir avec le crowdfunding

Le prêt aux entreprises :

Certains sites proposent aux particuliers de prêter de l’argent aux PME en échange d’une rémunération pour ces fonds prêtés (crowdlending). Les taux de rendement varient entre 5 et 9%, avec en moyenne un taux à 5% pour les projets jugés peu risqués et 9% pour les plus risqués. En revanche, en termes de ratio rendement/risques plusieurs questions se posent.

En effet, si ces entreprises ont besoin d’un prêt pour repeindre ou réaménager leurs locaux, accompagner leurs ventes, acheter du stock, ou bien recruter, c’est que leur propre trésorerie ne leur permet pas de le faire. Il est donc primordial de bien analyser la santé financière de celles-ci avant de se positionner sur un tel investissement. Ce type de prêt a une très belle visée « économie concrète », c’est-à-dire que vous savez exactement quel type de structure vous financez et que vous participez directement à la réussite d’une société bien déterminée. C’est l’opportunité de participer au développement des PME, et donc de créer indirectement des emplois.

Le capital investissement :

Derrière ce nom barbare se cache le fait d’investir de l’argent (généralement) dans une start-up ou bien une PME. Il s’agit de rentrer au capital d’entreprises qui ont besoin d’un effet de levier pour se lancer ou bien se développer. Pour les fondateurs, l’intérêt est de disposer d’argent rapidement pour embaucher, communiquer, fabriquer et/ou conquérir des parts de marché. Pour les investisseurs, l’objectif est de participer au développement de l’économie, mais surtout de voir grandir l’entreprise et donc la valeur des parts qui sont détenus dans celles-ci. Le risque est grand, mais le retour sur investissement peut-être encore plus conséquent.

Certaines sociétés sont éligibles à la loi TEPA ou bien peuvent être investies à travers un PEA ce qui permet d’optimiser sa fiscalité.  

Le crowdfunding immobilier :

Voici les différentes opportunités du crowdfunding immobilier.

Le prêt aux promoteurs :

Investir à travers le crowdfunding ne cesse de se développer, et c'est ce type de crowdfunding qui a aujourd'hui le vent en poupe en France.

Il y a plusieurs types de crowdfunding immobilier, le plus ancien étant le fait de prêter de l’argent aux promoteurs. Le principe est d’augmenter leurs fonds propres, afin qu’ils puissent ainsi avoir accès aux crédits bancaires et faire davantage d’opérations au cours de l’année.

Le principe est simple : un promoteur achète un terrain, dépose un permis de construire, attend que les recours des tiers soient purgés, les assurances et garanties sont souscrites et le programme peu commencer à être vendu. C'est à partir de ce moment que la plateforme de crowdfunding intervient. Une étude du promoteur et du projet sont réalisées, après quoi, le programme immobilier à financer est mis sur la plateforme et l’investissement peut commencer. Après 12 ou 24 mois, le promoteur rembourse les fonds prêtés avec un intérêt variant entre 8 et 10% annuels, en fonction du risque du projet.

Les risques étant ceux liés à : la solidité financière, l’expérience du promoteur ainsi qu’à la qualité du programme. Il s’agit là notamment de savoir si le programme s’inscrit bien dans son emplacement, si les prix correspondent à la demande ainsi que les typologies des biens proposés, la qualité de l’architecte et des entreprises missionnées pour édifier le bâtiment.

Il faut donc bien étudier ces éléments avant d’investir et ne pas faire une course effrénée entre plateformes, à celle qui lèvera le plus d’argent par an, mais plutôt dénicher celle qui aura les programmes les plus solides. Il en va de même qu’il est important d’analyser la qualité des personnes en charge de la sélection des programmes au sein de ces plateformes.

L’investissement dans l’ancien :

Le crowdfunding immobilier consiste également à acheter des immeubles, appartements et commerces à plusieurs. L’objectif : proposer des biens immobiliers sélectionnés par des professionnels, selon plusieurs critères. Un bon emplacement, un historique de location présentant peu de vacances locatives, des biens sains : dont la façade et la toiture ont étaient refaits récemment, de manière à ne pas avoir à réinvestir dans le bien à court/moyen terme ; des appartements ayant des surfaces et des prestations permettant de garder les locataires sur une longue période, etc…

Ces commerces, appartements et immeubles délivrent des rendements compris entre 5 et 7 % net avant impôts. L’objectif est d’acheter à plusieurs des parts de biens tangibles et analysables. Cela permet également de créer son portefeuille diversifié, et ce dans plusieurs villes, en fonction de ses choix. L’avantage de ce modèle est que vous détenez un actif réel et revendable à tout moment, qui rapportera toujours des loyers même en période de crises contrairement aux autres placements.

Vous venez de découvrir les différentes opprtunités du crowdfunding, investir avec ce dernier est une méthode assez récente, mais qui tend à se développer en France.